Conception d’un cours

Importance de la conception du cours

L’introduction d’un nouveau cours ou la reprise et l’adaptation d’un cours existant exige d’en définir clairement les objectifs d’apprentissage – ou acquis de formation – et de comprendre vos étudiant-e-s, leurs connaissances de base et leurs buts. La combinaison de ces deux aspects vous permet de concevoir et d’organiser votre cours en adéquation avec vos propres étudiant-e-s afin d’atteindre vos objectifs.

Pour mettre en place un nouveau cours, il est nécessaire de contacter le ou la directeur/trice de la section ou du programme doctoral concernés.

Après avoir obtenu l’accord pour votre nouveau cours, vous pourrez réfléchir à son contenu et à sa forme. Un éventuel point de départ est de faire une liste des contenus à couvrir par votre cours et de la faire correspondre aux compétences préalables requises de vos étudiant-e-s (à partir du plan d’études) ou aux connaissances que vous voulez qu’ils maîtrisent à la fin de votre cours. En outre, vous pouvez ajouter à la liste les méthodes pédagogiques dont vous estimez qu’elles aideront vos étudiant-e-s à répondre à vos attentes.

Une fois cette liste établie, présentez votre conception du cours à un-e collègue ou à un-e conseiller/ère pédagogique. Leurs commentaires peuvent contribuer à identifier les point à éclaircir et vous aider à ajuster vos ambitions quant aux objectifs du cours.

Modalités et horaires des cours

Les 4 catégories officielles d’enseignement, qui ne s’excluent pas les unes les autres, sont : les cours, les exercices, les travaux pratiques (TP, aussi appelés parfois laboratoires) et les projets.

Elles sont indiquées dans l’horaire des cours par enseignant et les plans d’études.

Ces catégories sont définies lors de l’élaboration du plan d’études par négociation entre l’enseignant-e et la Commission d’enseignement de la section. Elles sont ensuite validées par la Conférence des Directeurs de Section – CDS.

La plupart des cours ont un examen final (lorsqu’ils sont dans des branches à examen) que l’enseignant-e peut compléter par des tests intermédiaires comptant pour la note finale.

Certains cours ne font pas l’objet d’un examen mais d’un contrôle continu, pouvant porter sur les notes obtenues aux TP ou aux projets, aux tests intermédiaires, voire à des examens lors de la dernière semaine de cours du semestre. Le contrôle continu offre ainsi aux enseignant-e-s une grande flexibilité dans l’organisation du contrôle des études.

Langue d’enseignement

Les langues officielles de l’EPFL sont le français et l’anglais. Les cours de Bachelor sont normalement dispensés en français, bien qu’il puisse y avoir des exceptions sous réserve de l’accord de la section. Les cours de Master sont généralement en anglais, mais peuvent aussi être enseignés en français. Certains cours de première année sont proposés en allemand, en français ou en anglais. Les dispositions régissant la langue d’enseignement peuvent être consultées ici.

Le livret des cours fait office de contrat avec les étudiant-e-s : le cours doit être enseigné dans la langue indiquée sur la fiche de cours. Si vous souhaitez changer la langue d’un cours, il vous faut contacter votre directeur/trice de section.

N’oubliez pas que même les étudiants affichant une bonne maîtrise d’une deuxième langue peuvent néanmoins trouver assez difficile de suivre un cours universitaire dans cette langue.

Prérequis

De nombreux cours exigent des compétences préalables, décrites dans le livret des cours. Il s’agit de :

  • Cours prérequis obligatoires (que l’étudiant-e doit avoir suivis avant de commencer celui-ci. Il appartient à l’enseignant-e ou la section, et non au Service académique, de s’assurer que l’étudiant-e ait bien suivi ces cours prérequis).
  • Cours prérequis indicatifs (qu’il serait souhaitable que l’étudiant-e ait suivis avant de commencer celui-ci. Seul l’étudiant-e s’assure d’avoir suivi ces cours, personne ne le contrôle).
  • Concepts importants à maîtriser (étant donné que de nombreux étudiant-e-s, surtout au niveau du Master, viennent d’autres universités où les titres des cours peuvent être différents, c’est cette rubrique qui décrit les connaissances préalables nécessaires pour suivre le cours).

Poids du cours dans le plan d’études

L’importance de votre cours dans la charge de travail des étudiant-e-s est indiquée par le nombre de crédits ECTS qui lui sont attribués ou, pour la première année propédeutique, par le coefficient du cours. Le système ECTS (European Credit Transfer System) permet de décrire la charge de travail d’un cours de manière harmonisée au niveau universitaire européen.

  • A l’EPFL, un crédit ECTS représente en moyenne un total de 30 heures de travail pour l’étudiant-e.
  • Un-e étudiant-e à plein temps devrait obtenir 30 crédits ECTS sur un semestre (soit 60 crédits sur une année standard de deux semestres).
  • Si l’on considère qu’un semestre est d’environ 15 semaines (14 semaines de cours plus une période d’examen), cela signifie qu’un crédit ECTS représente en moyenne environ 2 heures de travail hebdomadaires pour l’étudiant-e. Il en découle donc une charge de travail totale d’environ 60 heures par semaine pour tous les cours (les données des étudiants montrent que ce calcul est assez juste : l’enquête Campus 2011 a établi que les étudiant-e-s travaillent en moyenne entre 50 et 60 heures par semaine, bien que cela varie beaucoup en fonction de la section et de l’année d’étude).
  • Cette charge de travail comprend à la fois le temps passé en classe selon l’horaire du cours et le travail de l’étudiant-e en dehors des cours. Par exemple, un cours avec une pondération de 3 crédits ECTS peut comprendre 2 heures de cours, une heure d’exercices, et 3 heures de travail personnel censé couvrir les devoirs, l’étude personnelle et la préparation à l’examen, soit autant de temps en plus du cours que de temps passé en classe.
  • Le système de crédits ECTS offre une flexibilité considérable. L’équilibre entre les cours, exercices et travail personnel de l’étudiant-e peut être adapté en fonction du cours. Certains enseignements peuvent comprendre plus de travail individuel de l’étudiant-e (lectures, devoirs, projets, etc.) et moins d’heures de cours, laboratoires ou exercices programmés.

La pondération d’un cours en fonction des crédits (ou du coefficient) est définie dans les plans d’études et le livret des cours.

En cas de doute ou de question, il est conseillé de s’adresser à la direction de la section.